Laissez moi vous parler de celui qui m’aime (1)

J’aimerais écrire un livre.

mais je n’en connais que la fin.

Tout le monde meurt.

Publicités
Publié dans Y'a pas de bénévoles aux plages du désespoir | Un commentaire

Faudrait que t’arrives à l’oublier à longueur de journée

Je lui ai brisé le cœur d’un mouvement sec.

C’était si simple, son cœur je l’avais dans ma main, il palpitait doucement, il était chaud et plein d’espoir, il était timide et fougueux, il était heureux.

Puis je lui ai rendu car je n’en avais pas l’utilité, alors il s’est brisé, en millions de particules, aussi multiples que l’espérance avait été une.

J’étais propriétaire de ce cœur mais je n’en voulais pas.

Soyons honnête, je n’en voulais plus.

C’est une grande tristesse de se rendre compte qu’un amour n’est plus.

C’est une grande misère de se rendre compte que son amour n’est pas.

souvenirs

Publié dans Petite putain d'pucelle crache l'amour et s'endort | Un commentaire